image par défaut

Tristan ou le Chevalier au Lion

Atlas Mnemosyne

S’avoit devant un prael clos
De pex de chaisne agus et gros.
Et par entre les105b.5183

peus laiens
Voit pucheles jusqu’a trois chens
Qui dyverses oevres faisoient:
De fil d’or et de soie ouvroient
Chascune au mix qu’ele savoit;
Mais tel poverté y avoit
Que desliees et deschaintes
En y ot de poverté maintes;
Et les mameles et les keutes
Paroient par leur cotes routes,
Et les chemises as cols sales.
Les cols grelles et les vis pales
De fain et de mesaise avoient.
Il les voit et eles le voient,
Si s’enbronchent toutes et pleurent;
Et une grant pieche demeurent,
Qu’eles n’entendent a riens faire,
Ne lors iex ne püent retraire
De tere, tant sont acourees.
Quant un poi les ot regardees
Mesire Yvains, si s’en trestourne,
Droit vers le porte s’en retourne;
Et li portiers contre lui saut,
Si li escrie: « Ne vous vaut,
Que vous n’en istrés or, biau mestre.
Vous vaurriez or la hors estre,
Mais, par mon chief, riens ne vous monte,
Ains arés eü tant de honte
Que vous plus n’en porrés avoir;

105c.5214
On le vous fera ja savoir*.
Si n’avés mie fait savoir
Quant vous estes venus chaiens,
Car de l’issir est il noient.
– Ne je ne quier, fait il, biau frere.
Mais di moi, par l’ame ton pere,
Damoiseles que j’ai veües
En chel prael, dont sont venuez,
Qui dras de soie et d’offrois tissent?
Oevres font qui mout m’abelissent,
Mais che me desabelist mout
Qu’eles sont de cors et de voult
Maigres et pales et dolentes.
Si m’est vis que beles et gentes
Fussent mout se eles eüssent
Teles choses qui lor pleüssent.
– Jou, fait il, ne vous dirai mie.
Querés autrui qui le vous die.
– Si ferai je, quant mais n’en puis. »
Lors quiert tant que il treuve l’uis
Del prael ou les damoiseles
Ouvroient; et vint devant eles,
Si les salue ensamble toutes;
Et si lor voit cheoir les goutes
Des larmes qui lor decouroient
Des iex si conme eles plouroient.
Adont dist il: « Dix, s’i li plaist,
Chel doel qui ne sai dont vous naist
Vous ost des cuers et tourt a joie. »
L’une respont: « Dix vous en oye,
Que vous en avés apelé!

105d.5244
Il ne vous iert mie chelé
Qui nous sonmes et de quel terre,
Espoir che volés vous enquerre.
– Pour el, dist il, ne vin je cha.
Sire, il avint mout grant pieche a
Que li rois de l’Ille as pucheles
Aloit pour aprendre nouveles
Par les cours et par le païs.
S’ala tant conme faus naïs
Qu’il s’enbati en chest peril.
En mal eür y venist il,
Que nous chetives, qui chi sonmes,
Le honte et le duel en avonmes,
Que onques ne deserveïsmes.
Et bien saichiés que vous meïsmes
Y poés mout grant honte atendre
Se raenchon n’en veut em prendre.
Mais toutevoies ainsi avint
Que mes sires* en chest chastel vint
Ou il a .ii. fix de dyable;
Che ne tenés vous mie a fable,
Que de fenme vraiement furent.
Ychil dui combatre se duirent
Au roy, dont doleurs fu mout grans,
Qu’il n’avoit pas .xviii. ans;
Si le peüssent tout pourfendre
Aussi conme .i. anelet tendre.
Et li roys, qui grant paour ot,
Se delivra au mix qu’il pot;
Si jura qu’il envoieroit,
Chascun jour, tant con drois seroit,

106a.5275
Chaiens de ses pucheles trente;
Si fust quites par cheste rente;
Et fu juré au deviser
Que chest treüz devoit durer
Tant con li dui malfé duroient;
Et a chel jour que il seroient
Conquis ou tué en bataille,
Si fust quites de cheste taille
Et nous serions delivrees,
…*
Et a travail et a mesaise;
Janmais n’arons riens qu’il nous plaise.
Mais mout dis ore grant enfanche,
Qui parlai de la delivranche,
Que janmais de chaiens n’istrons;
Tousjours mais de soie ouverrons,
Ne ja ne serons mix vestues;
Tousjours serons povres et nues,
Et tousjours fain et soif arons;
Ja tant gaaignier ne sarons
Que mix en ayons au mengier.
Du pain avons a grant dangier,
Petit au main et au soir mains,
Que ja de l’oevre de ses mains
N’ara chascune pour lui vivre
Que .iiii. deniers de la livre;
Et de che ne porrons nous pas
Assés avoir viande et dras,
Car qui gaaigne la semaine
Vint sols n’est mie hors de paine.
Et bien sachiés vous a estours
Que il n’i a chele de nous

106b.5307
Qu’il ne gaaigne .xx. sols ou plus.
De che seroit riches uns dus!
Et nous sonmes en grant poverte,
S’est riches de nostre deserte
Chil pour qui nous nous traveillons.
Des nuis grant partie veillons
Et les jours tous pour gaagnier,
Qu’il nous manache a mehaignier
Des menbres quant nous reposons;
Et pour che reposer n’osons.
Mais que vous yroie contant?
De mal et de honte avons tant
Que le quint ne vous en sai dire.
Mais che nous fait esragier d’ire
Que mout souvent morir veonmes
Chevaliers armés et prodonmes,
Qui as deuz malfés se conbatent;
L’ostel trop chierement achatent,
Aussi con vous ferés demain,
Que trestout seul, de vostre main,
Vous couverra, veulliés ou non,
Combatre et perdre vostre non
Encontre les deuz vis dyables.
– Et Dix, li vrais esperitables,
Fait mesire Yvains, m’en deffende
Et vous honneurt et joie rende,
Se il a volenté li vient!
Desormais aler m’en couvient
Veïr ches gens qui laiens sont,
Savoir quel chiere il me feront.
– Or alés, sire, chil vous gart

106c.5338
Qui tous les biens donne et depart! »
Lors va tant qu’i vient en la sale;
N’i treuve gent boine ne male
Qui de riens les meche a raison.
Tant trespassent de la maison
Que il vinrent en un vergier;
Ains de lors chevax herbegier
Ne tinrent plait ne ne parlerent.
Et sachiés bien les establerent
Chil qui l’un en quident avoir.
Ne sai s’il cuidoient le voir:
Encor est leur seigneur tout sain!
Li cheval ont avaine et fain
…*
Mesire Yvains el vergier entre
Et aprés lui toute sa route;
Apuyé voit deseur son coute
Un prodonme qui se gesoit
Seur .i. drap de soie; et lisoit
Une puchele devant li
En un ronmans, ne sai de cui.
Et pour le ronmans escouter
S’i estoit venue acouter
Une dame, et estoit sa mere;
Et li prodons estoit sen pere.
Et se pooient esjoïr
Mout de li veoir et oïr,
Car il n’avoient plus d’enfans;
Ne n’avoit pas .xvii. ans,
Et s’estoit si bele et si gente
Qu’en li servir meïst s’entente
Li dix d’Amours, s’i le veïst,

106d.5370
Ne ja amer ne la feïst
Autrui s’a lui meïsmes non.
Pour li servir devenist hom,
Si* issist de sa deÿté hors
Et ferist lui meïsmes el cors
Du dart dont le plaie ne sane
Se desloiaus mires n’i paine.
N’est drois que nus garir en puisse
Puis que desloiauté n’i truise;
Et qui en garist autrement,
Il n’aime mie loiaument.
De cheste plaie vous deïsse,
Jusques* a .i. mois fin ne preïsse
Se li escouter vous pleüst;
Mais tost deïst tel y eüst
Que je vous parlaisse d’uiseuses,
Que le gent n’est mais amoureuse
Ne n’aiment mais si con il deurent,
Que nis oïr parler n’en veulent.
Mais or oés en quel maniere,
A quel samblant et a quel chiere
Mesire Yvains fu herbegiés.
Contre lui salirent en piés
Tuit chil qui el vergier estoient;
Tout maintenant que il le voient,
Si li dïent: « Or cha, biau sire,
De quanques Dix puet faire et dire
Soiés vous benois clamés,
Et vous et quanques vous amés! »
Je ne sai se il le dechoivent,
Mais a grant joie le rechoivent